Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de dikrislam
  • Le blog de dikrislam
  • : Ce site regroupe un ensembe de rappels et expliquations concernant l' ISLAM et démontre que l' ISLAM est une religion de PAIX
  • Contact

Recherche

15 octobre 2014 3 15 /10 /octobre /2014 11:23

Subhanallah ! Haricots violets et roses tout droit sortis du jardin ALlah fait ce qu' il veut ! il est capable de tout Allahou aKBAR !

23. Eh bien non! [L’homme] n’accomplit pas ce qu’Il lui commande.

24. Que l’homme considère donc sa nourriture:

25. C’est Nous qui versons l’eau abondante,

26. puis Nous fendons la terre par fissures

27. et y faisons pousser grains,

28. vignobles et légumes,

SOURATE 80
˒

ABASA (IL S’EST RENFROGNÉ)

Repost 0
Published by dikrislam
commenter cet article
15 octobre 2014 3 15 /10 /octobre /2014 11:22

Abû Hurayra (radi Allah 3ane3ou) rapporte que le prophète (paix et salut sur lui) dit :

« Celui qui accomplit le pèlerinage sans proférer des paroles obscènes, ni commettre des actes indécents,sort de son pèlerinage aussi innocent que le jour de sa naissance»

(Al-Bukhârî et Muslim)

« La visite sainte (petit pèlerinage) (‘Umra) est un acte expiatoire des péchés. Le pèlerinage sincère ne peut être récompensé que par le Paradis»

(Al-Bukhârî et Muslim)

Repost 0
Published by dikrislam
commenter cet article
15 octobre 2014 3 15 /10 /octobre /2014 11:21

Les pélerins sur la dernière ligne droite du Hadj

SENENEWS.com | 05/10/2014 à 13:33

Les pélerins sur la dernière ligne droite du Hadj



Les pèlerins sont entrés, ce dimanche à Mina (9km de La Mecque), dans la dernière ligne droite du Hadj en sacrifiant à la deuxième séance de »lapidation de Satan» à Jamarat, a constaté l’envoyée spéciale de l’APS.

La première séance de lapidation, avec les sept pierres indiquées, a eu lieu vendredi nuit après le retour des pèlerins de la station Arafat.

»On est entré dans la dernière ligne droite des obligations du Hadj puisque les pèlerins vont rester jusqu’ à demain à Mina pour la dernière séance de lapidation avant de rentrer sur La Mecque», a expliqué un des guides choisis par les étudiants résidant en Arabie Saoudite.

Munis de drapeaux aux couleurs du pays, ils sont chargés de mener les pèlerins en groupes jusqu’à Jamarat distant de prés de deux kilomètres.

Déjà après la prière du matin, le préposé au microphone chargé de diffuser les informations, a commencé a appelé les pèlerins à se regrouper à partir de 7 heures (4h à Dakar) devant la porte du site.

»Le trajet est un peu compliqué surtout pour le retour parce qu’on n’emprunte pas le même chemin et ici chaque année on note beaucoup de cas d’égarés», note le guide.

»Tarikh, Tarikh» (écartez -vous) , scande t-il a haute voix pour dégager le chemin et permettre au groupe d’avancer. Sur le chemin d’autres nationalités empruntent le même procédé pour mener leurs pèlerins vers Jamarat.

Jamarat marque la fin du site de Mina où des milliers de tentes sont aménagés dans un espace qui s’étend à perte de vue. Sur les lieux, la circulation est interdite sur les grandes avenues occupés par les pèlerins.

Seules les ambulances et les voitures de police perturbent parfois la progression lente des pèlerins.

A l’intérieur des indications montrent le procédé pour sacrifier au rite de la lapidation qui se fait à l’intérieur d’un fossé protégé par une guérite et surplombé d’une stèle qui arrive jusqu’au plafond. Ainsi les pèlerins qui entourent le fossé ne risquent pas de s’envoyer les pierres sur la tête.

»Jamarat a beaucoup évolué avec le temps puisque les pèlerins se retrouvaient en un seul endroit mais maintenant il y a plusieurs niveaux», explique l’un des guides habitué des lieux.

Le lieu a été aménagé en trois niveaux de tel sorte que les pèlerins débouchent à un niveau selon le circuit emprunté, pour éviter le regroupement de milliers pèlerins présents sur les lieux en un seul endroit.

Les pèlerins qui viennent sacrifier au rite par milliers ne croisent pas dans le large tunnel ventilé, ceux qui ont fini la lapidation.

Pour l’étape de Jamarat, trois séances sont obligatoires, le jour de Arafat où le pèlerin doit lancer sept pierres, les deux jours après la Tabaski où la lapidation a lieu sur les trois fossés.

Sous une forte chaleur, les pèlerins regagnent le site de Mina par groupes suivant les guides obligés de lever haut le drapeau pour éviter les dispersions.

Dans ce lieu où convergent des milliers de pèlerins empruntant un circuit commun, il est facile de se perdre dans cette forêt de tentes blanches traversée par de vastes avenues piétonnes le temps du Hadj qui tire à sa fin.

Lundi, les pèlerins rejoindront La Mecque. Ceux qui n’avaient pas effectuer la dernière circumambulation solennelle (tawaf) le jour de la Tabaski, feront cette dernière obligation.

Repost 0
Published by dikrislam
commenter cet article
15 octobre 2014 3 15 /10 /octobre /2014 11:20

Les rites de la ’Umra

samedi 26 février 2005, par Sounna

Avant d’entrer en état de sacralisation (AL-IHRÂM)

1. - II est conseillé au pèlerin avant d’entrer dans l’état de sacralisation (AL-IHRÂM) de se laver (les ablutions majeures). Il est louable aussi de s’épiler les aisselles et le pubis, se couper les ongles, se tailler la moustache et de se parfumer.

2. Après avoir fait les ablutions majeures (AL-GOUSL), le pèlerin met autour de sa taille (AL-IZÂR) un pagne, et il se couvre le tronc avec (A-RIDÂ’) une houppelande. Il est souhaitable que (AL-IZÂR et A-RIDÂ’) soient de couleur blanche. Quant aux pied il est préférable de porter des sandales. Il est permis de porter l’habit de IHRÂM chez soi (dans son hôtel) avant d’arriver au MÎQÂT, comme le fit le prophète صلى الله عليه وسلم et ses compagnons.

Notons ici que le port de l’habit de IHRÂM ne signifie en aucun cas l’entrée en état de sacralisation.

3. Une fois les choses mentionnées ci-dessus accomplis le pèlerin prend l’autocar pour aller à MAKKA en passant par le MÎQÂT. Etant donné que notre point de départ est Médine, notre MÎQÂT sera DHÛL-HULAYFA connu sous le nom de BI’R ’ALI (ce MÎQÂT se situe à 12 km de Médine ).

Arrivée au MÎQÂT et la formulation de l’intention

Une fois arrivée au MÎQÂT le pèlerin descend de son autocar pour accomplir les choses suivantes :

4. II est souhaitable pour ceux dont le MÎQÂT est DHÛL-HULAYFA d’y accomplir une prière surérogatoire (car ils sont dans un endroit béni). Si le pèlerin arrive au MÎQÂTà l’heure du DHOHR, il accomplit cette prière ensuite il formule son intention, il aura ainsi fait la même chose que le prophète صلى الله عليه وسلم.

5. Une fois cette prière accomplie, et que le pèlerin décide d’entrer en état de sacralisation (IHRÂM), il se met debout en direction de la QIBLA en formulant l’intention suivante :

لبيك اللهم بعمرة
« LABAYKA ALLAHUMMA BI ’UMRA »,

Ce qui signifie « Je réponds à ton appel, Ô Allah, par une ’Umra »



on peut ajouter à cette formule :

اللهم هذه عمرة لا رياء فيها ولا سمعة

« ALLAHUMMA HADHÎHÎ ’UMRATAN LÂ RIYÂ’A FÎHÂ WA LÂ SOUM’ATAN »
Qui signifie
« Mon Seigneur, j’accours à Ton appel pour accomplir une OMRA » .(sans ostentation ni recherche de réputation)
II est permis pour celui qui craint qu’un empêchement quelconque le pousse à interrompre sa ’UMRA ou son HADJ d’ajouter à la formule précédente :

اللهم محلي حيث حبّستني
« ALLAHUMMA MAHILI HAYTOU HABASTANI »
ce qui veut dire
« Mon Seigneur, je me désacraliserai là où Tu m’arrêteras »

Notons que l’intention réside dans le cœur, ainsi le pèlerin ne doit rien prononcer avec sa bouche.

6. Une fois installer dans son autocar le pèlerin commence à dire AL-TALBIYA à voix haute dont la formule est la suivante :

لبيك اللهم لبيك لبيك لا شريك لك لبيك إنّ الحمد والنّعمة لك والملك لا شريك لك
« LABAYKA ALLAHUMMA LABAYK, LABAYKA LA CHARIKA LAKA LABAYK, INA AL-HAMDA , WA NI’MATA, LAKA WAL-MOULK, LA CHARIKA LAK »
cela signifie :
« Je réponds à Ton appel ô Allah ! Je réponds à Ton appel. Tu n’as point d’associé. La Louange et Le Bienfait t’appartiennent ; ainsi que La Loyauté, Tu n’as point d’associé » .

En effet le pèlerin doit dire la TALBIYA le long de sa route, il lui est permis de dire avec elle de temps à autre AL-TAHLIL c-à-d.

لا إلهَ إلا اللهُ

« LA ILAHA ILA ALLAH »
Qui veut dire « nul n’est digne d’adoration ci ce n’est ALLAH ».

Les actes interdits une fois en état d’IHRÂM (sacralisation) sont les suivants :


Se raser ou se couper les cheveux.
Se tailler les ongles des mains ou des orteils.
Se parfumer le corps ou l’habit. Cependant, s’il reste encore l’odeur du parfum utilisé avant l’IHRÂM cela n’est guère blâmable.
Conclure un mariage ou en formuler la demande pour soi ou pour un autre.
Se livrer aux préliminaires du rapport sexuel, tels que les baisers et autres.
Commettre l’acte charnel.
Tuer du gibier.
"Ces sept interdictions sont communes aux hommes et aux femmes. Cependant il est interdit en particulier aux hommes deux autres choses : "

Se couvrir la tête avec quelque chose qui soit en contacte directe avec elle, tels que les chapeaux, les turbans, les écharpes, etc. . .
Mais, il est autorisé de se protéger du soleil à l’aide d’un parapluie.
Porter des vêtements cousus et façonnés, tels que les pantalons, les chemises, etc. . . .
Quant aux femmes, elles mettent les habits qu’elles souhaitent ; cependant, elles ne doivent pas porter des gants, ni couvrir leur visage.
"Arrivée à MAKKA"

Une fois arrivée aux territoires sacrés de la Mecque (AL-HARAMOU AL- MAKKI), et que les maisons de la Mecque soient perçues, le pèlerin cesse de dire AL-TALBIYA pour accomplir les choses suivantes :

II est souhaitable de faire AL-GOUSL (grandes ablutions) avant d’entrer à MAKKA, et d’y entrer en plein jour. (Si c’est possible bien sûr).
Dés que le pèlerin ait déposé ces affaires dans son hôtel, il se dirige directement vers la Mosquée Sacrée (AL-MASDJIDOU AL-HARAM), il y entre par la porte de BANOU CHAYBA en avançant le pied droit et en disant :
« ALLAHUMMA SALI ’ALA MOHAMADIN WA SALAM, ALLAHUMMA IFTAH LI ABWÂBA RAHMATIKA »
Ce qui signifie
« que la Paix et le Salut d’Allah soient sur Mohammad, ô Allah ouvre-moi les portes de Ta Miséricorde ».
Dés que le pèlerin voit la KAABA, il lève s’il le souhaite ces mains pour faire des invocations (comme le fit IBN-ABBAS). IL n’y a pas d’invocation précise, cependant on rapporte que OMAR () disait
« ALLAHUMMA ANTA AS-SALAM, WA MINKA A-SALAM, FA HAYINA RABANA Bl A-SALAM ».

TAWAFOU AL-QODOUM (le tawaf d’arrivée)
Puis le pèlerin se dirige vers AL-HADJAROU AL-ASWAD (la pierre noire), il se met face à elle en disant :
« BISMI ALLAH, ALLAHOU AKBAR » ;
Puis il la touche et il l’embrasse, s’il ne peut pas l’embrasser directement, il la touche avec sa main droite et il embrasse sa main. Mais s’il ne peut pas la toucher, il se contente de lui faire signe avec sa main de loin. Il fait cela à chaque tour.
Notons ici qu’il n’est pas permis de bousculer les gens pour embrasser la pierre noire.

Avant de commencer TAWAF AL-QODOUM le pèlerin doit découvrir son épaule droite en faisant passer AL-RIDÂ (houppelande) sous son aisselle droite puis en la jetant sur son épaule gauche. (c’est ce qu’on appelle AL-IDTEBA’)
Dés lors, il commence son TAWAF en tournant autour de la KAABA de manière à ce que cette dernière soit sur sa gauche en passant derrière AL-HIDJR.
Le pèlerin doit faire sept tours (CHAWT), à chaque passage devant la pierre noir il compte un CHAWT (un tour).
Notons ici que le pèlerin accomplit les trois premiers tours en accélérant le pas (c’est ce qu’on appelle AL-RAML et c’est uniquement dans TAWAF AL-OODOM), puis il marche dans les quatre derniers.

II est souhaitable de toucher avec la main AL-ROUKNOU AL-YAMANI (le coin yéménite) à chaque passage et non pas de l’embrasser, si cela n’est pas possible il ne faut pas lui faire de signe avec la main. (AL-ROUKNOU AL-YAMANI : c’est le nom du coin qui précède le coin de la pierre noire).
II est louable de dire le long de la distance qui sépare AL-ROUKNOU AL- YAMANI est la pierre noire :
« RABANA ATINA FI DOUNYA HASSANATAN WA FI AL-AKHIRATI HASSANATAN WA QINA ’ADABA A-NAR »
Cela signifie
« ô Seigneur ! Accorde nous le bien ici-bas et dans l’au-delà ; et protège-nous du châtiment du feu »
Notons ici qu’à l’exception de l’invocation mentionnée ci-dessus, le TAWAF n’a pas d’invocations spécifiques comme le croit la masse et comme le laisse croire certains livres dans lesquels il est mentionné ce qu’il faut dire au premier tour, au deuxième, etc. . . .
Ainsi, le pèlerin peut faire l’invocation qu’il souhaite, il peut aussi réciter le Coran.

II est permis aussi d’aller au MOULTAZAM - espace limité entre la pierre noire et la porte de la KAABA pour faire des invocations en posant la poitrine, le visage, les avant-bras, et les mains sur cet espace.
Une fois le septième tour terminé, le pèlerin doit couvrir son épaule droite. Puis, il se dirige vers MAQAMOU IBRAHIM (station d’Ibrahim) et récite le verset suivant :
« WA ATAKHIDOU MIN MAQAMI IBRAHIMA MOUSSALLA »
cela signifie
« Adoptez pour lieu de prière, ce lieu où Ibrahim se tint debout ».
Ensuite, le pèlerin se met derrière MAQAMOU IBRAHIM, de manière à ce que ce dernier soit interposé entre lui et la KAABA, et puis il accomplit deux rakaâ en récitant sourate AL-KAFIROUN (sourate 109 dans la première, et sourate AL-IKHLAS (sourate 112) dans la seconde.
En faisant attention de ne pas passer devant ceux qui prient, et de ne pas les laisser passer devant soi pendant qu’on prie.
Une fois cette prière accomplie il descend au puits de ZAM-ZAM, il en boit, il en verse sur sa tête ; puis il revient à la pierre noire et il dit : « ALLAHOU AKBAR » et l’embrasse de la même manière détaillée au 4ème point.
A-SA’YOU entre A-SAFA et AL-MARWA

Ensuite, le pèlerin se dirige vers A-SAFA. Une fois prés d’elle il récite le verset suivant :
« INNA SAFA WA AL-MARWATA MIN CHA’AIRI ALLAHI, FAMAN HAJA AL-BAYTA AWI ’TAMARA FALA JOUNAHA ’ALAYHI AN YATAWAFA BIHIMA, WA MAN TATAWA’A KHAYRAN FA INNA ALLAHA CHAKIROUN ’ALIM »
Cela signifie
« A-SAFA et AL-MARWA sont vraiment parmi les lieux sacrés d’Allah. Quiconque fait le pèlerinage à la Maison (Sacrée) ou fait l’OMRA ne commet pas de péché en faisant le va-et-vient entre ces deux monts. Et quiconque fait de son propre gré une bonne œuvre, alors Allah est Reconnaissant, Omniscient ».
Puis il dit : « NABDAOU BIMA BADAA ALLAHOU BIHI »
Qui veut dire « je commence par ce que Allah a cité en premier lieu ».
Puis, il commence par le mont A-SAFA, ainsi il monte dessus de manière à apercevoir la KAABA, il se dirige vers elle et dit :
« ALLAHOU AKBAR, ALLLAHOU AKBAR, ALLAHOU AKBAR. LA ILLAHA ILLA ALLAHOU WAHDAHOU LA CHARIKA LAHOU, LAHOU AL-MOULKOU, WA LAHOU AL-HAMDOU, YOUHYI WAYOUMIT, WA HOUWA ’ALA KOULLI CHAY’IN QADIR, LA ILAHA ILLA ALLAHOU WAHDAHOU LA CHARIKA LAHOU, ANJAZA WA’DAHOU, WA NASSARA ‘ABDAHOU, WA HAZAMA AL-AHZABA WAHDAHOU ».
Ce qui signifi :

"Allah est le Plus Grand, Allah est le Plus Grand, Allah est le Plus Grand. Il n’y a pas de divinité (digne d’adoration) autre qu’Allah, Seul, sans associé, à Lui appartient la souveraineté et à Lui la louange, Il donne la vie et donne la mort, et Il est Capable de toutes choses. Il n’y a pas de divinité (digne d’adoration) autre qu’Allah, Seul, sans associé. Il a réalisé Sa promesse, donné la victoire à Son esclave et a vaincu toutes les factions Seul."

Ensuite, il lève ses mains et fait les invocations qu’il souhaite. Il fait cela trois fois de suite en répétant la formule précédente et en faisant des invocations entre deux à chaque fois.

Ensuite, il descend de A-SAFA pour aller vers AL-MARWA en marchant et en faisant des invocations le long de cette distance, mais une fois arriver au premier repère (une lumière verte), il accélère le pas pour atteindre le deuxième repère (une lumière verte aussi), une fois arriver à son niveau il reprend sa marche normale jusqu’à ce qu’il arrive à AL-MARWA. Ainsi, il monte dessus et fait exactement ce qu’il a fait lorsqu’il était sur A-SAFA en se dirigeant vers la KAABA, et en répétant la formule citée ci-dessus, tout en faisant des invocations entre deux. Ainsi se termine le premier CHAWT (trajet).
Puis, le pèlerin descend de AL-MARWA pour rejoindre A-SAFA en marchant et en accélérant le pas entre les deux repères, une fois sur A-SAFA il refait ce qu’il fait la première fois c’est le deuxième CHAWT (trajet).
En effet, le pèlerin doit faire sept CHAWT (7 trajets), dont le dernier se terminera sur AL-MARWA.
Notons ici que la récitation du verset : « INNA A-SAFA WA AL-MARWATA... » se fait seulement lorsque le pèlerin s’approche de A-SAFA pour la première fois avant de commencer A-SA’Y, et il n’est pas permis de le répéter à chaque fois qu’on passe par A-SAFA ni par AL-MARWA, il en est de même pour la formule : « ABDAOU BIMA... ».
Le SA’Y n’a pas d’invocation spécifique ainsi le pèlerin peut faire l’invocation qu’il souhaite. Mais si toute fois il fait l’invocation suivante :
"ALLAHUMMA IGHFIR WA IRHAM, INNAKA ANTA AL-A’ZOU AL-AKRAM " cela est permis car nombreux sont les compagnons qui la disaient.

Une fois le septième CHAWT (trajet) terminé, le pèlerin se raccourcit les cheveux ; ou il les rase si la période qui sépare la ’UMRA du HADJ est suffisante pour qu’ils repoussent. Ainsi, la OMRA est accompli et le pèlerin peut se désacraliser.
Pour télécharger le dossier cliquez ici
Information
Sources :

- Manassikou al-Hadji wa al-omra fi al-Kitab wa a-sunnati wa athari a-salaf "Cheikh Muhammad Nassardine Al Albani"

- Manassikou al-Hadji wa al-omra wa al-Mashrour’ou fi a-ziyara "Cheikh Muhammad Ben Salah Al Othaymin"

- A-tahqiqou wa al-idhahou li kathirin min massaili al-hadji wa al-omrati wa al-ziyara ’ala dhawi al-kitabi wa a sunna "Cheikh Abdel-Aziz Ben Abdou Allah Ben Baz"

Traduction réalisé par les frères de Roubaix

Repost 0
Published by dikrislam
commenter cet article
15 octobre 2014 3 15 /10 /octobre /2014 11:19

http://www.youtube.com/watch?v=uW9dd60KCO8

Jour de 'Arafat

لبيك اللهم لبيك لبيك لا شريك لك لبيك إنّ الحمد والنّعمة لك والملك لا شريك لك
« LABAYKA ALLAHUMMA LABAYK, LABAYKA LA CHARIKA LAKA LABAYK, INA AL-HAMDA , WA NI’MATA, LAKA WAL-MOULK, LA CHARIKA LAK »

cela signifie :
« Je réponds à Ton appel ô Allah ! Je réponds à Ton appel. Tu n’as point d’associé. La Louange et Le Bienfait t’appartiennent ; ainsi que La Loyauté, Tu n’as point d’associé » .

En effet le pèlerin doit dire la TALBIYA le long de sa route, il lui est permis de dire avec elle de temps à autre AL-TAHLIL c-à-d.

لا إلهَ إلا اللهُ

Le Jour sacré de Arafat

Repost 0
Published by dikrislam
commenter cet article
15 octobre 2014 3 15 /10 /octobre /2014 11:18

Le jeûne du jour de 'arafat



D'après Abou Qatada (qu'Allah l'agrée), le Prophète (que la prière d'Allah et son salut soient sur lui) a été interrogé concernant le jeûne du jour de 'arafat. Il a dit: « Il expie l'année précédente et l'année en cours ».
(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°1162)

عن أبي قتادة رضي الله عنه سئل رسول الله صلى الله عليه و سلم عن صوم يوم عرفة فقال: يكفر السنة الماضية و الباقية
(و مسلم في صحيحه رقم ١١٦٢)

D'après Abou Qatada (qu'Allah l'agrée), le Prophète (que la prière d'Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Le jeûne du jour de 'arafat, j'espère d'Allah qu'il expie l'année qui suit et l'année qui précède ».
(Rapporté par Tirmidhi et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Targhib n°1010)

عن أبي قتادة رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : صيام يوم عرفة إني أحتسب على الله أن يكفر السنة التي بعده والسنة التي قبله

D'après Qatada Ibn Nu'man (qu'Allah l'agrée), le Prophète (que la prière d'Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Celui qui jeûne le jour de 'arafat, il lui est pardonné une année devant lui et une année derrière lui ».
(Rapporté par Ibn Maja et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Targhib n°1011)

عن قتادة بن النعمان رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : من صام يوم عرفة غفر له سنة أمامه وسنة بعده

D'après Sahl Ibn Sa'd (qu'Allah l'agrée), le Prophète (que la prière d'Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Celui qui jeûne le jour de 'arafat, il lui est pardonné le péché de deux années de suite ».
(Rapporté par Abou Ya'la et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Targhib n°1012)

عن سهل بن سعد رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : من صام يوم عرفة غفر له ذنب سنتين متتابعتين
(رواه أبو يعلى و صححه الشيخ الألباني في صحيح الترغيب و الترهيب رقم ١٠١٢)

D'après Abou Said Al Khoudri (qu'Allah l'agrée), le Prophète (que la prière d'Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Celui qui jeûne 'arafat, il lui est pardonné une année devant lui et une année derrière lui et celui qui jeûne 'achoura il lui est pardonné une année ».
(Rapporté par Tabarani et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Targhib n°1013)

عن أبي سعيد الخدري رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : من صام يوم عرفة غفر له سنة أمامه وسنة خلفه ومن صام عاشوراء غفر له سنة
(رواه الطبراني و صححه الشيخ الألباني في صحيح الترغيب و الترهيب رقم ١٠١٣)

D'après Said Ibn Joubayr (qu'Allah l'agrée), un homme a interrogé Abdallah Ibn Omar (qu'Allah l'agrée) concernant le jeûne du jour de 'arafat. Il a dit: « Lorsque nous étions avec le Prophète (que la prière d'Allah et son salut soient sur lui), nous lui donnions l'équivalent du jeûne de deux années ».
(Rapporté par Tabarani et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Targhib n°1014)

عن سعيد بن جبير قال سأل رجل عبد الله بن عمر رضي الله عنهما عن صوم يوم عرفة فقال كنا ونحن مع رسول الله صلى الله عليه وسلم نعدله بصوم سنتين
(رواه الطبراني و حسنه الشيخ الألباني في صحيح الترغيب و الترهيب رقم ١٠١٤)

Précision: Cheikh Otheimine a dit: « Celui qui jeûne le jour de arafat ou de achoura alors qu'il lui reste des jours de ramadan à rattraper son jeûne est valable mais si il avait eu l'intention de jeûner ce jour comme rattrapage de ramadan alors il obtient deux récompenses: la récompense du jour de arafat ou du jour de achoura avec la récompense du rattrapage ».
(Fatawa Zakat Wa Siyam p 796)

Repost 0
Published by dikrislam
commenter cet article
15 octobre 2014 3 15 /10 /octobre /2014 11:17

Photo prise de la tombe du prophète (salla Allah 3alayhi wasalam) en Arabie Saoudite qu' Allah nous permette à tous de visiter le lieu Saint et effectuer notre pélerinage et qu' il accepte le pélerinage de toutes personnes s' y rendant pour effectuant son hajj

Repost 0
Published by dikrislam
commenter cet article
15 octobre 2014 3 15 /10 /octobre /2014 11:15

5 fausses croyances dites « islamiques »

Qui ne s’est jamais fait sermonné, plus ou moins gentiment ^^, ou qui n’a jamais entendu une de ces « fausses croyances » mises sur le dos de la religion musulmane ?

Mélange de paganisme, d’ignorance, de traditions ancestrales préislamiques, de méconnaissance de la aqida, de « fantasmes » sur le monde invisible, elles font partie malheureusement du quotidien de beaucoup de musulmans, ignorants souvent de leur fausseté et de leur aberration.

Petite mise au point, donc…

> Mettre un exemplaire du coran sous l’oreiller d’un nourrisson/enfant pour qu’il dorme bien : non.

L’exemplaire du coran n’est pas une amulette, ni un porte-bonheur, ni un objet « protecteur ». Donc au final, mettre un dictionnaire, un annuaire ou la pub du leader Price du coin aurait le même effet hein. Solution : on ne met jamais son enfant au lit sans avoir appliqué la sunnah du coucher (épousseter sa place dans le lit à 3 reprises en disant « bismiLLAH », crachoter 3 fois sur les mains- réciter les 3 dernières sourates- les passer sur le corps de l’enfant et ceci à 3 reprises ; et éventuellement, si l’enfant est trop petit pour les connaître, on lui récite le verset du trône et le dernier verset d’Al Baqara). Et on LUI APPREND ainsi petit à petit à faire ceci tout seul pour que cela devienne un automatisme du moment du coucher.

> Le nikah n’est que des « fiançailles » et le mariage civil est « le mariage » : non et re-non.

Le nikah (mariage religieux, aussi appelé à tort « halal » ou « fatha ») est LE mariage. Il n’y a pas de « fiançailles » en islam, ou à la limite, s’il fallait trouver des fiançailles ce serait plutôt le moment de la demande de la main. Le nikah seul est ce qui rend légitime le fait qu’un homme et une femme puissent avoir une relation de couple, puissent vivre ensemble, fonder une famille etc…. Solution : expliquer, avec douceur et rahma, le véritable statut du nikah en islam. Faire revivre sa noblesse, sa valeur, son sens et ses règles.

> Le henné protège du mauvais œil et favorise la fécondité : non, non et non !

Point de mariage ni ‘aid sans cette espèce de petit rond de henné au creux de la main… disgracieux à souhait et à l’explication floue, késako ? Lorsque je me suis aventurée à en demander la signification, on m’a parlé pêle-mêle de mauvais œil, de fécondité, de prospérité du couple etc… bref, chacun y va de son savoir ignorance. Il faut savoir que le henné fait partie intégrante de la sunnah, mais dans des utilisations bien précises : le prophète salallahou ‘alayhi wa salam en usait en « pansement » pour soigner les blessures, en cataplasme sous le pied pour les disfonctionnements veineux, en application sur le crâne contre la migraine et en teinture pour la barbe. Il en a recommandé l’usage à la femme (sur l’ongle et/ou le bout du doigt) pour se distinguer de l’homme (à ne pas confondre avec les « dessins au henné » sur les mains, qui ne font pas partie de la sunnah mais qui trouvent leur source dans les traditions préislamiques arabo-indiennes). Solution : faire revivre la sunnah dans nos cœurs, nos gestes et dans nos quotidiens ; nous attacher fermement à l’unicité d’Allah, et puis transmettre, transmettre, transmettre… Apprendre et enseigner les invocations de protection contre le mauvais œil.

> L’utilisation du sel repousse le mal des djins : noooooooooooooon !

Voici-là une fantaisie m’ayant laissée bouche-bée : saupoudrer du sel dans sa baignoire, par-dessus l’épaule d’un enfant ou devant sa maison/ son commerce, protègerait du mal du monde invisible (djins, mauvais œil). Quel lien entre le sel et le ghayb ? Mystère. (n’allez pas me demander pourquoi non plus il ne « faudrait pas se laver après l’heure du maghreb » , sais pô O_0’) Solution : mêmes conseils que ci-dessus : apprendre sa religion correctement, apprendre les formules de protections issues de la sunnah et puis expliquer, transmettre, corriger, avec bienveillance et miséricorde. Stopper tous les « fantasmes » et « croyances » qu’a fait naitre le monde invisible, et en enseigner sa réalité. L’islam nous a donné tous les moindres détails de ce monde que nous ne voyons pas mais avec lequel nous sommes en permanente interaction.

> Ne pas laisser le tapis de prière par-terre car shaytan (maudit soit-il) prie dessus : bah non !

Bon alors là, la première question à se poser c’est peut être « shaytan prie-t-il déjà ? »… pas sûr sûr hein… Cette croyance, pourtant très trop répandue fait partie des khurafa (croyances/superstitions populaires sans fondement) qu’il faut démentir. Solution : pas de problème à laisser son tapis de prière par-terre à condition d’être sûr qu’il ne subira pas trop de passage, au risque d’être souillé par une najasa. Libre donc à chacun de laisser ou non son tapis, ce n’est pas une question religieuse. De plus, le tapis n’est pas une condition de la prière ; le sol pur lui, en est une par-contre.

- See more at: http://www.imanemagazine.com/5-fausses-croyances-islamiques/#sthash.S2kHw2WB.dpuf

Repost 0
Published by dikrislam
commenter cet article
15 octobre 2014 3 15 /10 /octobre /2014 11:14

Parmi les vertus de La Mecque citons la multiplication de la récompense et de la rétribution de la prière accomplie là-bas; une prière dans la Mosquée Sacrée équivaut en effet à cent mille prières dans une mosquée ordinaire; on y trouve la Pierre Noire, qui est une pierre du Paradis, et en aucun autre endroit sur la terre il ne sera permis de l'embrasser.

La Mecque est également protégée par Allah contre l'Antéchrist, qui ne peut pas y entrer, comme dans le Hadith rapporté par Anas ibn Maalik, qu'Allah soit satisfait de lui, selon lequel le Prophète (salla Allah 3alayhi wasalam ) a dit :

« Il n'existe pas de pays ou l'Antéchrist n'entrera sauf La Mecque et Médine, et il ne s’y trouvera pas d’accès par lesquels il pourra passer; les Anges la garderont ; ensuite Médine tremblera trois fois et Allah en fera sortir tous les mécréants et les et les hypocrites »

(Boukhari et Mouslim)

Repost 0
Published by dikrislam
commenter cet article
3 septembre 2014 3 03 /09 /septembre /2014 19:25

LES BIENFAITS DE LA PRATIQUE DU CULTE D' ALLAH

Elle apporte aux croyants la réussite et le bonheur en ce monde et dans l'autre. Allah dit :

« Réussit, certes, celui qui se purifie, et se rappelle le nom de son Seigneur, puis célèbre la Şalât » (Sourate al-'A`lâ, versets 14-15).

Elle affermit physiquement et moralement le musulman grâce au lien d'intimité et de confidence qui le lie à Allah. Allah dit :

« Certes, Allah est avec ceux qui L'ont craint avec piété et ceux qui sont bienfaisants » (Sourate an-Naћl, verset 128).

Allah aide et apporte la victoire et la suprématie à Ses adorateurs croyants. Allah dit :

« Allah soutient, certes, ceux qui soutiennent (Sa Religion). Allah est assurément Fort et Puissant, ceux qui, si nous leur donnons la puissance sur terre, accomplissent la Şalât, acquittent la Zakât, ordonnent le convenable et interdisent le blâmable. Cependant, l'issue finale de toute chose appartient à Allah » (Sourate al-Ħajj, versets 40-41) .

Elle favorise l'entente, la fraternité, l'entraide et la paix sociale entre les membres de la société islamique. Allah dit :

« Les croyants et les croyantes sont les alliés les uns des autres. Ils commandent le convenable, interdisent le blâmable, accomplissent la Şalât, acquittent la Zakât et obéissent à Allah et à Son messager. Voilà ceux auxquels Allah fera miséricorde, car Allah est Puissant et sage » (Sourate at-Tawba, verset 71).

Allah accorde Sa guidée aux croyants et leur facilite le chemin du bien [tawfîq]. Allah dit :

« Ô vous qui croyez! Si vous craignez Allah, Il vous accordera la faculté de discerner (entre le bien et le mal), vous effacera vos péchés et vous pardonnera » (Sourate al-'Anfâl, verset 29).

Les croyants reçoivent une subsistance abondante et voient leurs malheurs dissipés par Allah. Allah dit :

« Et quiconque craint Allah, Il lui donnera une issue favorable, et lui accordera Ses dons par [des moyens] sur lesquels il ne comptait pas » (Sourate aţ-Ţalâq, versets 2-3).

Ils obtiennent aussi la multiplication de leurs bonnes actions et l'absolution de leurs péchés. Allah dit :

« Et celui qui croit en Allah et accomplit les bonnes œuvres, Il lui effacera ses mauvaises actions et le fera entrer dans des Jardins sous lesquels coulent les ruisseaux où ils demeureront éternellement. Voilà l'énorme succès!» (Sourate at-Taghâbun, verset 9).

Repost 0
Published by dikrislam
commenter cet article